Variations 2012-2015

Par groupe d’âge

En 2015, les Québécois, peu importe l’âge ou la région habitée, sont proportionnellement moins nombreux qu’en 2012 à acheter de la musique. Toutefois, parmi les acheteurs de musique, la proportion se procurant de la MQF est significativement plus élevée en 2015 qu’en 2012.

Chez les acheteurs de musique québécoise francophone, le volume de MQF sur le total de la musique achetée est resté assez stable entre 2012 (44%) et 2015 (41%), bien que le montant dépensé par individu pour ce type de musique ait diminué en trois ans.

Comme lieu d’approvisionnement le plus souvent pointé pour l’achat de MQF en format physique, les magasins demeurent l’endroit privilégié en 2015. L’achat dans les lieux de spectacles de même que les commandes en ligne sur des sites comme Amazon et eBay sont en légère diminution et demeurent des pratiques marginales en 2015.

En format numérique, deux Québécois sur trois optent plus souvent pour l’achat de MQF sous forme de pistes individuelles plutôt que d’albums complets, ce qui est supérieur, de dix points de pourcentage, au niveau enregistré en 2012.

Les acheteurs de musique les plus actifs

La proportion d’acheteurs de musique les plus actifs sur l’ensemble de la population, c’est-à-dire ceux effectuant l’achat de musique au moins presque tous les mois, a diminué de moitié entre 2012 et 2015, passant de 27% à 14%.

Un déclin de la proportion d’acheteurs actifs de musique est observé dans tous les groupes d’âge, la tranche des 18-24 ans étant la plus affectée, avec une diminution de 18 points de pourcentage, mais demeure le 2e groupe d’âge en importance à ce titre, après les 13-17 ans.

Évolution des acheteurs de musique les plus actifs – achat au moins presque tous les mois (quel que soit le genre ou la langue)

Comparatif par région


Les acheteurs de musique occasionnels

Un peu plus du tiers (35%) des Québécois achète de la musique occasionnellement, soit quelques fois par an seulement en 2015, alors qu’ils étaient 44% à le faire en 2012 (-9 points de pourcentage).

À ce titre, une baisse s’observe pour toutes les tranches d’âge sauf pour le groupe des 18-24 ans, chez qui la proportion d’acheteurs de musique quelques fois par an augmente légèrement entre 2012 et 2015 (+2 points de pourcentage).

Évolution des acheteurs de musique occasionnels – achat quelques fois par an (quel que soit le genre ou la langue)

Comparatif par région


La proportion d’acheteurs de MQF sur l’ensemble des acheteurs de musique

Parmi les acheteurs de musique, la proportion ayant répondu acheter de la MQF a fait un bond de 26 points de pourcentage en trois ans, s’établissant à 84% en 2015.

Alors que la proportion d’acheteurs de MQF est restée stable pour les groupes d’âge englobant les 18 à 44 ans, elle a explosé chez les 55 ans et plus, lesquels étaient reconnus en 2012 comme étant les plus faibles acheteurs de MQF, avec des hausses de plus de 50 points de pourcentage en trois ans.

Évolution de la proportion d’acheteurs de MQF sur l’ensemble des acheteurs de musique

Comparatif par région


Le montant médian dépensé au cours de la dernière année pour l’achat de MQF

En 2015, les acheteurs de MQF consacrent moins d’argent pour ce type de musique qu’en 2012: des quelque 60$ dépensés par acheteur en 2012, la somme médiane consacrée à l’achat de MQF est descendue à 39$ par individu en 2015, ce qui représente une baisse de 21$.

Les deux groupes d’âge consacrant les plus importantes sommes à l’achat de MQF en 2012, soit les 45-54 ans et les 55-64 ans, ont été les plus affectés à ce titre : ils ont restreint leurs dépenses de moitié en 2015, ce qui représente des réductions du montant médian de plus de 50$ par acheteur.

Évolution du montant médian dépensé au cours de la dernière année pour l’achat de MQF

À l’inverse, la tranche d’âge des 13-17 ans, qui, de tous les groupes d’âge, est celle qui a consacré les plus petites sommes à l’achat de MQF en 2012, a le moins restreint ses dépenses à ce titre en 2015, avec une diminution du montant médian de 8$ par acheteur au cours de la période étudiée.

Comparatif par région


Le support physique comme support d’approvisionnement privilégié en MQF

En 2015, parmi les acheteurs de MQF, moins de la moitié (46%) choisissent le plus souvent le support physique comme méthode d’approvisionnement en MQF alors qu’une majorité de 62% privilégiait ce support trois ans plus tôt.

Le magasin demeure, en 2015, le lieu physique d’approvisionnement d’une large majorité d’acheteurs de MQF privilégiant le support physique - ou s’en remettent autant à ce format qu’au format numérique - pour leurs achats de MQF, avec une proportion de 86% (comparativement à 84% en 2012). Les sites web (ex. Amazon) ou les lieux de spectacles sont choisis de façon marginales, tant en 2012 qu’en 2015.

Évolution du support physique (CD, vinyle, cassettes) comme support d’approvisionnement privilégié en MQF

Note : sur cette question, compte tenu de la faible taille de l’échantillon de répondants pour les groupes d’âge 13-17 ans, 18-24 ans et 25-34 ans, les résultats doivent être interprétés avec prudence.

Comparatif par région


Le numérique comme principale méthode d’approvisionnement en MQF

En 2015, une plus large proportion de Québécois opte principalement pour le format numérique lors d’acquisition de MQF (en hausse de 14 points de pourcentage par rapport à 2012).

Les jeunes, et plus particulièrement le groupe des 18-24 ans, sont responsables de la plus forte progression du format numérique comme principale méthode d’acquisition de MQF sur trois ans, avec une hausse de 29 points de pourcentage, suivis de près par les 25-34 ans (+23 points de pourcentage) et les 13-17 ans (+22 points de pourcentage).

Évolution du numérique (excluant le streaming) comme principale méthode d’approvisionnement en MQF

Note : sur cette question, compte tenu de la faible taille de l’échantillon de répondants pour le groupe des 65 ans et plus, les résultats doivent être interprétés avec prudence.

Comparatif par région


Les pistes individuelles par rapport aux albums complets comme format d’achat de MQF le plus souvent choisi en format numérique

En 2015, 67% des acheteurs de MQF, qui choisissent de s’approvisionner sur support numérique plus souvent ou aussi souvent qu’en format physique, privilégient l’achat de pistes individuelles par rapport à l’achat d’albums complets, ce qui représente une hausse de 10 points de pourcentage sur trois ans.

Tous les groupes d’âge étudiés ont enregistré une progression à ce titre au cours de cette période, la hausse la plus faible étant attribuable aux 13-17 ans (+6 points de pourcentage), et la plus élevée aux 55-64 ans (+15 points de pourcentage).

Évolution des pistes individuelles par rapport aux albums complets comme format d’achat de MQF le plus souvent choisi en format numérique

Note : sur cette question, compte tenu de la faible taille de l’échantillon de répondants pour le groupe des 65 ans et plus, les résultats doivent être interprétés avec prudence.

Comparatif par région