Variations 2012-2015

Par région

Pour s’informer de manière générale, plus d’un Québécois sur deux utilise les journaux imprimés en 2015 alors qu’ils étaient 68% à le faire en 2012. Le recours à la radio et à la télévision conventionnelles pour s’informer est en baisse, mais ces médias demeurent les sources d’information les plus populaires en 2015.

Du côté des médias numériques, les réseaux sociaux sont en hausse en 2015 et sont le canal d’information numérique le plus populaire. Les journaux en ligne, les sites web de nouvelles et les sites web de radio conventionnelle sont moins populaires, mais gagnent tout de même du terrain auprès des Québécois, alors que les sites web des stations de télévision restent au même niveau qu’en 2012.

L’utilisation de Facebook de manière générale est en hausse en 2015 et rejoint trois Québécois sur quatre. Twitter est également en hausse, mais suit loin derrière rejoignant que 21% des Québécois en 2015.

Plus de la moitié des Québécois possèdent un téléphone intelligent en 2015 alors qu’ils étaient 41% à en être propriétaire en 2012. 43% des Québécois détiennent une tablette électronique en 2015, un bond de 18 points de pourcentage par rapport à 2012.

Les sources traditionnelles utilisées pour s’informer

Les journaux imprimés

La proportion de Québécois consultant les journaux imprimés pour se tenir au courant des informations générales, et ce, au moins presque chaque semaine, est passée de 68% à 50% entre 2012 et 2015.

C’est dans la Capitale nationale, région qui a enregistré la plus grande proportion de lecteurs de la presse écrite sur une base régulière en 2012, soit 76%, que la baisse a été la plus marquée, avec une perte de 26 points de pourcentage en trois ans.

Évolution de l'utilisation des journaux imprimés au moins presque chaque semaine pour s'informer de manière générale

Comparatif par groupe d’âge


Les magazines imprimés

Quant aux magazines imprimés, ils sont le support ayant enregistré la plus importante chute entre 2012 et 2015, passant de 45% à 21%.

À cet égard, une baisse similaire à celle enregistrée pour la population générale a été observée dans chacune des régions étudiées.

Évolution de l'utilisation des magazines imprimés au moins presque chaque semaine pour s'informer de manière générale

Comparatif par groupe d’âge


Les autres sources traditionnelles

Parmi les autres supports d’information traditionnels utilisés fréquemment par les Québécois, la radio conventionnelle ou par satellite a subi une perte de 5 points de pourcentage, pour s’établir à 65%. Il en a été de même pour la télévision conventionnelle, par câble ou par satellite, pour qui la proportion d’usagers réguliers est passée de 86% à 80%. Ces deux médias demeurent tout de même les supports d’information les plus fréquemment utilisés par les Québécois.

Comparatif par groupe d’âge


Les sources numériques utilisées pour s’informer

Les médias sociaux

Les médias sociaux gagnent de plus en plus le cœur des Québécois lorsque vient le temps de s’informer de manière générale : plus de la moitié (56%) les consultent couramment en 2015, comparativement à 41%, trois ans plus tôt.

Des augmentations à ce titre sont observées dans toutes les régions étudiées, sans écart notable par rapport aux résultats relevés pour la population globale.

Évolution de l'utilisation des médias sociaux au moins presque chaque semaine pour s'informer de manière générale

Comparatif par groupe d'âge


Les autres sources numériques

Avec une proportion d’usagers québécois de 46% en 2015, les sites web de nouvelles ont gagné 10 points de pourcentage en trois ans.

La proportion de Québécois ayant pointé les journaux en ligne parmi les modes d’information utilisés fréquemment a atteint 39% en 2015, en hausse de 8 points de pourcentage. Celle optant couramment pour des sites web de radio conventionnelle est passée de 17% à 20%, alors que les sites web des stations de télévision conventionnelle ont enregistré des résultats similaires à 2012, soit 23%.

Du côté des supports d’information dont l’utilisation par les Québécois est encore marginale en 2015, les blogues ainsi que la radio et la télévision diffusées sur le web uniquement ont vu leur taux d’utilisateurs augmenter légèrement, alors que les magazines en ligne sont restés stables entre 2012 et 2015.

Comparatif par groupe d'âge


Les médias sociaux utilisés de manière générale

Facebook

En ce qui a trait à l’utilisation des médias sociaux de manière générale, Facebook se démarque largement : plus du trois quarts (76%) des Québécois consultent ce réseau social au moins presque chaque semaine en 2015, alors qu’ils étaient à peine plus de la moitié (53%) à en faire l’utilisation trois ans plus tôt.

Toutes les régions étudiées ont enregistré des hausses à ce titre entre 2012 et 2015, la plus marquée étant attribuable aux régions éloignées, là où la proportion d’usagers réguliers de Facebook est passée de 48% à 82%.

Évolution de l'utilisation de Facebook au moins presque chaque semaine

Comparatif par groupe d’âge


Twitter

Moins populaire que Facebook, Twitter a tout de même vu sa proportion d’utilisateurs fréquents doubler en trois ans, s’établissant à 21% en 2015, comparativement à 9% en 2012.

Bien qu’une hausse ait été observée dans toutes les régions étudiées, c’est à Montréal, région qui comptait déjà le plus haut taux d’utilisateurs réguliers de Twitter en 2012, que l’augmentation a été la plus importante en trois ans : la proportion d’utilisateurs québécois y est passée de 12% à 24%.

Évolution de l'utilisation de Twitter au moins presque chaque semaine

Comparatif par groupe d’âge


Les appareils

Un Québécois sur deux (52%) possède un téléphone intelligent en 2015, alors que cette proportion était de 41% trois ans plus tôt.

À ce titre, des hausses ont été enregistrées dans toutes les régions étudiées entre 2012 et 2015, mais c’est à Montréal que la proportion de propriétaires d’un téléphone intelligent a grimpé le plus, passant de 41% à 62%.

Quant à la tablette offrant un accès à Internet, si 25% des Québécois en possédaient une en 2012, ils étaient 43% à en être propriétaires trois ans plus tard.

Toutes les régions étudiées ont enregistré des hausses sur cette question, sans écart notable par rapport à l’ensemble de la population.

Comparatif par groupe d’âge